Entretien avec…Clément Darrasse

Clément Darrasse est un photographe atypique et pluri-talents. Travaillant à la chambre grand format depuis son adolescence, Clément a étudié à l’école des Beaux-Arts de Bourges, puis de Nantes.

Le photographe nourrit une relation particulière à l’ailleurs et aux voyages (Espagne, Portugal, Allemagne, Irlande, Roumanie, Brésil, Philippines, Chili, Colombie, USA, Inde, Canada & Groenland!). Amoureux de l’argentique, Clément Darrasse expérimente, teste les marges, questionne le temps et nous propose un aperçu de ses travaux les plus récents autour de la trichromie:

 

Clément Darrasse, Montréal

Clément Darrasse, Montréal

 

Qu’est-ce que la trichromie ?

La trichromie est une technique photographique pour obtenir une photo en couleur. C’est une technique très ancienne : les premières occurrences datent du début du XXe siècle. C’est une technique assez simple, basée sur la division du spectre chromatique en 3 couches : Rouge, verte et bleue.

Cette technique consiste à prendre du même sujet 3 photos noir et blanc. Une photo noir & blanc filtrée en rouge, en vert puis en bleu. Chaque photo comporte dans son négatif un tiers de l’information de la couleur de la photographie. Et donc une fois rassemblées et teintées dans leurs couleurs primaires, ils recomposent toutes les couleurs du spectre et leurs couleurs naturelles : du rose,…

Cerisier, Trichromie, Clément Darrasse

Cerisier, Trichromie, Clément Darrasse

Clement Darrasse trichromise avec un Hasselblad

Clement Darrasse trichromise avec un Hasselblad

C’est une technique qui me permet aussi d’être indépendant du choix qu’a fait Kodak ou Fuji, puisque dans une pellicule couleur, c’est Kodak par exemple qui va décider que le rouge ou le bleu vont être interprétés comme ça. Avec la trichromie, c’est moi qui décide totalement.

Pagre, Trichromie, Clément Darrasse

Pagre, Trichromie, Clément Darrasse

Trichromie ?, Clément Darrasse

Trichromie ?, Clément Darrasse

Au niveau de la symbolique décomposition / recomposition de l’image, que t’apportes la trichromie ?

Je ne sais pas si je pourrais parler de symbolique. Ce qui m’intéresse beaucoup dans la pratique de la photo, c’est fabriquer des images, manipuler moi-même.

Cette question de fabrication de l’image par canal m’intéresse : ces 3 prises de vue sont décalées dans le temps. D’abord, je prends le rouge, puis le vert, et enfin le bleu. Et parfois c’est 10 minutes de rouge, 7 minutes de vert et 15 minutes de bleu, par exemple ; cela dépend des photos.

L’instantanéité de la captation de l’image est en réalité un empilement de différentes captations. Cela fait longtemps que je fais des longues pauses (3h par exemple). Pour moi, la photo c’est beaucoup plus le temps que l’espace par exemple. Avec la trichromie, je travaille la couleur en épaisseur.

Chemise, Trichromie, Clément Darrasse

Chemise, Trichromie, Clément Darrasse

Comment ce rapport au temps est exprimé dans les choix de tes sujets que tu photographies ?

Il y a un fait technique qui peut se lire dans le résultat. Par exemple, j’ai fait une photo d’un cerisier de mon jardin il y a 10 jours. Et il y avait un peu de vent ce jour là. Lors de la captation rouge, la branche bougeait un peu. Cela donne une frange de la branche qui apparaît jaune sur le bord, puisqu’elle a bougé entre le vert et le bleu. Ce décalage là, c’est le temps qu’il y a eu entre les captations. On pourrait y voir une certaine vanité dans les objets que je choisis. Des poissons morts par exemple, de la céramique avec des motifs, des tapis, des chemises.

Ce sont des vêtements vides, ou des tapis, ou de la vaisselle. Cette notion de temps est peut être visible sur ces objets là. Je me laisse aller dans des choses intuitives, mais je retombe sur des sujets récurrents. Ce n’est pas forcément fait exprès, mais par exemple, je photographie un poisson, puis une céramique française, avec des arabesques. Il y a un lien avec  le tapis iranien, un travail sur le motif.

Je trébuche sur ces sujets là, je choisis de moins en moins.

La Passerelle, Clément Darrasse

La Passerelle, Clément Darrasse

 

J’ai vu que tu jouais sur la superposition, les différentes couches, mais également le cadre, en laissant les négatifs ?

Comme je dis, je scanne le trottoir.

C’est une expérience que je veux vivre, et pendant que je fais la photo, il se passe quelque chose. Ce que je crée c’est un objet qui est le témoin de ce moment passé. C’est pour ça que je ne parle pas forcément comme des photographes tels que Cartier-Bresson  , je ne suis pas témoin d’un événement devant moi.. C’est un événement optique, chimique et chromatique que je mets en place, avec des objets qui réagissent à la couleur, à la lumière, au vent,… : c’est un processus expérimental.

Si je scanne le trottoir, c’est comme si je montrais le négatif dans une petite vitrine : c’est ça que j’ai fabriqué.

La Barre, Sisimiut, Groenland, Clément Darrasse

La Barre, Sisimiut, Groenland, Clément Darrasse

Tu as exposé aux Ateliers d’Artistes de Belleville avec SabJi, également photographe-auteur: qu’as-tu souhaité y montrer?

J’ai montré une série de trichromies. Quand Sabrina m’a proposé d’exposer là bas, je ne savais pas encore exactement quoi montrer, car j’étais encore au tout début de mes expériences de trichromie. Depuis 6 mois, je ne fais pratiquement plus que de la trichromie. C’est une série qui s’appuye sur cette question des motifs et des couleurs. Du vert, du bleu et du rouge répercutés dans des motifs imprimés, cousus, ou alors des poissons avec le relief des écailles.

 

Quels conseils pourrais-tu donner aux jeunes photographes ?

La photo me plait car je fais des choses qui ne peuvent se faire qu’en photo. Il y a d’autres questions que je poserais à d’autres arts ou à l’écriture. Robert Bresson, le cinéaste, qui a écrit Notes sur le cinématographe, donne des conseils à des jeunes cinéastes et dit, et Godard le reprend beaucoup : «  Sois sûr d’avoir épuisé tout ce qui se communique par l’immobilité et le silence avant de faire du cinéma». La spécificité du cinéma, c’est le mouvement et le son, la rencontre des deux.

J’ai l’impression qu’il y a une vraie spécificité à la photographie : cette histoire de la lumière. Aux gens qui sont fascinés par la lumière, je leur conseille de faire de la photo. Aux gens qui veulent être photographes, il ne faut pas oublier que ce sont des événements lumineux. Moi je crois assez rarement à la réalité de l’image : l’image est subjective et on la construit en contournant les règles de la photographie.

AŽerodrome de Lachute, Quebec, Clément Darrasse

AŽerodrome de Lachute, Quebec, Clément Darrasse

Dingle Bay, Kerry, Irlande, Clément Darrasse

Dingle Bay, Kerry, Irlande, Clément Darrasse

Route, vers Hommes, Clément Darrasse

Route, vers Hommes, Clément Darrasse

Cliff, Archipel de Bacuit, Philippines, Clément Darrasse

Cliff, Archipel de Bacuit, Philippines, Clément Darrasse

Fisherboats, Palawan, Philippines, Clément Darrasse

Fisherboats, Palawan, Philippines, Clément Darrasse

Pour en savoir plus sur Clément Darrasse:

Site web

Facebook

Sébastien Appiotti