Edito #4: le smartphone va t-il assassiner la photographie ?

Les cloches ont sonné, la Keynote d’Apple est passée, c’est bel et bien l’heure de la rentrée sur Photophores ! Une rentrée que nous avons voulu dynamique, avec un édito pour le moins polémique: « Le smartphone va t-il assassiner la photographie? ».

En effet, l’émergence, puis l’installation du smartphone dans le paysage bouleverse l’ensemble de l’écosystème photographique. Des difficultés des acteurs historiques de la photographie, en passant par les ambitions de plus en plus fortes des fabricants de smartphone, la photographie se retrouve au coeur des enjeux et des batailles.

Les acteurs historiques de la photographie en difficulté

Début 2012, c’est en effet un coup de tonnerre qui s’abat sur le monde de la photographie: Kodak est en faillite ! Après s’être séparé de toutes ses activités grand public, Kodak est désormais spécialisé dans l’imagerie et l’impression pour les entreprises.

De leur côté, Nikon et Canon, les fabricants leaders d’appareils photographiques, ont annoncé des résultats semestriels en net recul pour 2013. En 2010, 145 millions d’appareils photo ont été vendus dans le monde. En 2013, les analystes d’IDC prévoient à peine 76 millions de ventes unitaires. En 3 ans, ce sont 19 milliards de dollars de moins que les fabricants d’appareil photo ont vendu!

Le coupable de cette baisse? Le smartphone évidemment! Les nouveaux rois de la photographie s’appellent désormais Samsung, Apple et dans une moindre mesure Sony. Les progrès du smartphone en photographie sont tels que le grand public se détourne des appareils photo compacts et hybrides au profit de supports alternatifs.La photographie, coeur des enjeux de la bataille des appareils connectés

Qu’ils s’appellent Nokia, Sony, Apple ou Samsung, tous misent sur la photographie pour se différencier: 

* Samsung: avec Sony, le coréen est aujourd’hui le seul à couvrir l’ensemble du spectre des supports photographiques, du smartphone au reflex.

Samsung mise sur la segmentation de son offre: à chaque profil de photographe correspond un téléphone malin. Le Galaxy Note permet ainsi d’avoir un grand écran pour retoucher. Le Galaxy Mini se distingue par sa mobilité et sa discrétion. Le Galaxy Camera est un appareil photo à écran tactile sous Android, connecté à Internet et permettant d’effectuer ses retouches directement sans passer par la case ordinateur.

Samsung Galacy Camera ©

Samsung Galacy Camera ©

Le Galaxy Zoom a particulièrement attiré notre attention avec son zoom optique x10 et son capteur CMOS 16 millions de pixels.

C’est d’ailleurs sur le site internet de Samsung, rubrique Galaxy Zoom, que le positionnement de Samsung prend tout son sens:

 « À mi-chemin entre le Galaxy S4 (smartphone) et le Galaxy Camera (appareil photo numérique compact sous Android™), il associe l’excellente qualité d’image d’un appareil photo numérique compact à la connectivité offerte par les smartphones. »

Samsung Galaxy Zoom ©

Samsung a particulièrement bien saisi la révolution des usages en cours: l’appareil photo devient un objet connecté et un laboratoire de retouches. Le consommateur-photographe recherche la qualité de la prise de vue sans sacrifier la mobilité et la faible emprise de son support.

* Apple: Il ne vous aura pas échappé que Photophores a attendu la présentation des nouveaux iPhone d’Apple le 10 septembre  pour vous proposer son édito.

Sans doute car Apple a été précurseur dans l’émergence de la photographie mobile, aussi appelée « iphotographie », « iphoneographie ». Aujourd’hui concurrencé principalement par Samsung et sa kyrielle de smartphones, Apple a choisi de présenter le capteur photographique de son iPhone 5S , « le plus populaire du monde » (sic) comme un des arguments majeurs de différenciation par rapport à la concurrence. Dans sa présentation, Apple n’hésite plus à parler photographie: un capteur 15% plus grand que l’iPhone 5, une ouverture améliorée de f / 2,2, un mode rafale, deux flashs… La photographie fait vendre et les concurrents d’Apple l’ont bien compris, comme le prouve les dernières propositions des challengers Sony et Nokia.

* Sony: En présentant son Xperia Z1 doté d’un capteur 20,7 millions de pixels CMOS capable de faire de la vidéo HD 1080p, Sony signifie également sa volonté de ne pas laisser distancer sur le terrain de la photographie par smartphone.

Ce qui a retenu notre attention chez Photophores: deux petits accessoires hybrides, les Cybershot QX10 et QX100 pouvant se fixer à son smartphone. Conçues pour être couplées à un smartphone via Wifi et NFC, ces unités de caméras proposent un capteur, un obturateur et un slot pour une carte mémoire microSD. Vendus respectivement 199€ et 399€, ils symbolisent l’hybridation des pratiques et des potentialités offertes par le smartphone.

Sony Cybershot QX10 ©

Sony Cybershot QX10 ©

* Nokia: en cours de rachat par Microsoft, le finlandais propose dans sa gamme un smartphone tout à fait singulier: le Lumia 1020, présenté comme « le meilleur de la photo, et de loin » ou « Nokia Lumia 1020. 41 millions de pixel. Le zoom réinventé ». Oui, vous avez bien lu: 41 millions de pixels de la part de l’inventeur du 3310, Le téléphone de toute une génération.

Nokia Lumia 1020 ©

Nokia Lumia 1020 ©

Nokia propose ainsi tout un dispositif centré autour de la photographie: son capteur, extrêmement puissant; son application, Nokia Pro Cam, permettant d’ajuster finement le contraste, la balance des blancs, la mise au point. Et un accessoire, le Camera Grip Nokia, offrant une batterie supplémentaire, une vis pour trépied, et un grip pour une meilleure prise en main lors de la prise de vue.

Le décryptage de Photophores: la rentrée photographique 2013 est donc plus que jamais placée sous le signe de la révolution mobile. Une triple révolution: supports, usages et enjeux. Cet édito a traité les supports, il faudra sans doute revenir du côté de chez Photophores pour mieux appréhender les nouveaux usages et enjeux de la photographie (mobile)!

Sébastien Appiotti