Vignettage et effets de lumière avec Photofiltre

Vous en rêviez, je l’ai fait : suite à plusieurs demandes, je vous propose aujourd’hui un tutoriel à ma sauce pour vous expliquer comment faire des effets de lumière et/ou d’assombrissement tout simples, rien qu’avec Photofiltre !

1) Faire un effet de vignettage

Késaco ? Le vignettage, c’est un mot un peu barbare pour désigner un procédé qui consiste à assombrir les coins d’une photo, de manière plus ou moins large.

A quoi ça sert ? En obscurcissant les angles d’un cliché à l’aide d’une texture, on estompe des détails du décor, on leur donne moins d’importance visuelle. Cela crée une sorte de « cocon » à la photo, comme une sorte de cadre mais en plus subtil, qui va diriger le regard vers le sujet !

Sur quelles photos ? De nombreux types de photos se prêtent à cette manipulation, et particulièrement les photos de paysage/architecture, certains portraits, et surtout des clichés où le sujet est volontairement centré. C’est un procédé que personnellement j’applique très souvent.

Exemples :

         

Alors, comment on fait ?

– Il vous faut d’abord une texture de vignettage ! Ca se trouve en trois clics sur Google images, ou sur des stocks de textures sur Deviantart par exemple (attention aux droits d’auteurs). Personnellement j’en ai deux différentes, et je choisis en fonction de la photo :

    

– Ensuite, on ouvre ladite texture + la photo que vous voulez vignetter avec Photofiltre

– Faites clic droit sur la texture et « copier »

– En haut à droite choisissez la couleur noire

– Revenez sur votre photo de base, dans le menu choisissez « édition » > « collage spécial » > « masque »

– Vous pouvez régler l’opacité du vignettage (plus ou moins foncé) en faisant clic droit > « options de collage » > « ok »

– Puis faites « clic droit » > « valider le collage »

Simple non ?

Astuces :

Dans l’absolu rien ne vous interdit de varier les couleurs du vignettage selon les teintes de votre photo, mais je vous conseille de rester sur du noir, sinon cela se voit trop : des angles verdâtres par exemple vont attirer le regard au détriment du sujet photographié à l’origine !

Si votre photo ne se prête pas à l’assombrissement des 4 coins, cela peut arriver, vous pouvez très bien, en ne sélectionnant qu’une partie de votre texture, assombrir une partie seulement de la photo, tout en laissant l’autre telle quelle (voire en l’éclaircissant). Jouez la carte de la subtilité !

Il est en effet possible de faire, toujours avec le même type de texture, l’inverse du vignettage : c’est-à-dire éclaircir cette fois les coins de votre photo, pour faire des effets de lumière !

2) Faire des effets de lumière

On prend les mêmes et on recommence ! Ou presque : la procédure technique (copier-coller la texture en mode masque) est exactement la même que pour le vignettage, à deux différences majeures près :

– Au lieu de choisir du noir, choisissez du blanc ou une couleur très claire (pour un effet de lumière, le jaune ou le orangé très clairs sont parfaits par exemple !)

– Au lieu d’utiliser toute la texture, utilisez un angle ou deux seulement que vous mettrez dans la partie de la photo où la lumière arrive, où elle est déjà présente (oui, il faut rester crédible, et sinon ça fait moche car pas naturel !)

En général, il faudra réduire un peu l’opacité (autour de 70%), alors que pour un vignettage foncé c’est rarement nécessaire.

Le jaune/orangé donne un effet « rayon lumineux », tandis que le blanc va plutôt donner un effet « brume voilée »

Cette méthode permet de mettre en valeur une scène ou un portrait, et donne des résultats très satisfaisants à condition de s’en servir judicieusement.

Voici quelques exemples :

  lumière ajoutée en haut

   lumière ajoutée à droite

   lumière ajoutée en haut à gauche
A-C. S.